su Man page

SU(1) Commandes utilisateur SU(1)

NOM
su – Changer d’identifiant d’utilisateur ou devenir superutilisateur

SYNOPSIS

su [options] [nom_utilisateur]

DESCRIPTION

La commande su permet de devenir un autre utilisateur pour la durée
d’une session. Invoqué sans nom d’utilisateur, le comportement par
défaut de suest de devenir superutilisateur. Le paramètre optionnel –
permet d’obtenir un environnement similaire à celui que l’utilisateur
aurait obtenu lors d’une connexion directe.

Des paramètres supplémentaires peuvent être fournis après le nom de
l’utilisateur. Dans ce cas, ils sont donnés à l’interpréteur de
commandes de connexion de l’utilisateur. En particulier, le paramètre
« -c » considère que le paramètre suivant est une commande pour la
plupart des interpréteurs de commandes. La commande sera exécutée par
l’interpréteur indiqué dans /etc/passwd pour l’utilisateur cible.

Vous pouvez utiliser le paramètre — pour séparer les options de su des
paramètres fournis par l’interpréteur de commandes.

Un mot de passe sera demandé à l’utilisateur, si nécessaire. Les mots
de passe incorrects produisent un message d’erreur. Toutes les
tentatives, réussies ou non, sont enregistrées afin de détecter tout
abus du système.

L’environnement actuel est fourni au nouvel interpréteur de commandes.
La valeur de $PATH est réinitialisée à /bin:/usr/bin pour les
utilisateurs normaux, ou à /sbin:/bin:/usr/sbin:/usr/bin pour le
superutilisateur. Ce comportement peut être modifié avec les paramètres
ENV_PATH et ENV_SUPATH dans /etc/login.defs.

Une connexion à un sous-système est indiquée par la présence d’un « * »
comme premier caractère de l’interpréteur de commandes initial. Le
répertoire personnel sera utilisé comme racine d’un nouveau système de
fichiers dans lequel l’utilisateur sera connecté.

OPTIONS

Les options applicables à la commande su sont :

-c, –command COMMANDE
Indiquer une commande qui sera invoquée par l’interpréteur de
commandes en utilisant son option -c

La commande exécutée n’aura aucun terminal de contrôle. Cette
option ne peut pas être utilisée pour exécuter des programmes
interactifs qui ont besoin d’un terminal de contrôle.

-, -l, –login
Fournir à l’utilisateur un environnement similaire à celui qu’il
aurait obtenu s’il s’était connecté directement.

When – is used, it must be specified before any username. For
portability it is recommended to use it as last option, before any
username. The other forms (-l and –login) do not have this
restriction.

-s, –shell INTERPRÉTEUR
Interpréteur de commande devant être appelé.

L’interpréteur de commandes à appeler est choisi parmi (le choix de
plus haute priorité en tête) :

Interpréteur de commande indiqué par –shell.

Si –preserve-environment est utilisé, l’interpréteur de
commandes indiqué par la variable d’environnement $SHELL sera
utilisé.

Interpréteur de commandes indiqué dans /etc/passwd pour
l’utilisateur cible.

/bin/sh si aucun interpréteur de commandes ne peut être trouvé
par l’une des méthodes ci-dessus.

Si l’utilisateur cible possède un interpréteur de commande
restreint (par exemple, le champ de l’interpréteur de commande dans
/etc/passwd n’est pas renseigné dans /etc/shells), alors, ni
l’option –shell ni la variable d’environnement $SHELL ne seront
prises en compte à moins que su ne soit appelé par le
superutilisateur.

-m, -p, –preserve-environment
Préserver l’environnement actuel, sauf pour :

$PATH
réinitialise suivant les options ENV_PATH ou ENV_SUPATH dans
/etc/login.defs (voir ci-dessous) :

$IFS
réinitialise à « », s’il a été défini.

Si l’utilisateur cible possède un interpréteur de commandes
restreint, cette option n’a aucun effet (à moins que su ne soit
appelé par le superutilisateur).

Notez que le comportement par défaut pour l’environnement est le
suivant :

Les variables d’environnement $HOME, $SHELL, $USER, $LOGNAME,
$PATH et $IFS sont réinitialisées.

Si –login n’est pas utilisée, l’environnement est copié sauf
pour les variables ci-dessus.

Si –login est utilisée, les variables d’environnement $TERM,
$COLORTERM, $DISPLAY et $XAUTHORITY sont copiées si elles ont
été définies.

D’autres environnements peuvent être configurés par des modules
PAM.

AVERTISSEMENTS
Cette version de su a de nombreuses options de compilation. Seules
certaines d’entre elles peuvent avoir été activées sur votre site.

CONFIGURATION
Les variables de configuration suivantes dans /etc/login.defs modifient
le comportement de cet outil :

CONSOLE_GROUPS (chaîne de caractères)
Une liste de groupes à rajouter aux groupes supplémentaires de
l’utilisateur lors d’une connexion sur une console (déterminé par
le paramètre CONSOLE). Par défaut, aucun groupe n’est ajouté.

À utiliser avec précaution : il est possible que les utilisateurs
aient un accès permanent à ces groupes, et cela même s’ils ne sont
pas connectés sur la console.

DEFAULT_HOME (booléen)
Indiquer si la connexion est permise si on ne peut pas accéder au
répertoire personnel. Le réglage par défaut est « no ».

Si elle est configurée à yes, l’utilisateur va se connecter dans le
répertoire racine (/) s’il n’est pas possible d’accéder à son
répertoire personnel.

ENV_PATH (chaîne de caractères)
Si définie, sera utilisée pour définir la variable d’environnement
PATH quand un utilisateur ordinaire se connecte. La valeur est une
liste de chemins séparés par des deux points (par exemple
/bin:/usr/bin) et peut être précédée par PATH=. La valeur par
défaut est PATH=/bin:/usr/bin.

ENV_SUPATH (chaîne de caractères)
Si définie, sera utilisée pour définir la variable d’environnement
PATH quand le super-utilisateur se connecte. La valeur est une
liste de chemins séparés par deux points (par exemple
/sbin:/bin:/usr/sbin:/usr/bin) et peut être précédée par PATH=. La
valeur par défaut est PATH=/sbin:/bin:/usr/sbin:/usr/bin.

SULOG_FILE (chaîne de caractères)
Si définie, les activités de su seront enregistrées dans le
fichier.

SU_NAME (chaîne de caractères)
Si définie, le nom de la commande à afficher lorsque « su – » est
exécutée. Par exemple, si elle est définie à « su » alors un « ps »
affichera la commande comme « -su ». Si non définie, alors « ps »
affichera le nom du shell qui sera en fait exécuté, par exemple
quelque chose comme « -sh ».

SYSLOG_SU_ENAB (booléen)
Activer la journalisation « syslog » de l’activité de su – en plus
de la journalisation sulog.

FICHIERS
/etc/passwd
Informations sur les comptes des utilisateurs.

/etc/shadow
Informations sécurisées sur les comptes utilisateurs.

/etc/login.defs
Configuration de la suite des mots de passe cachés « shadow
password ».

VALEURS DE RETOUR
En cas de succès, su renvoie la valeur de sortie de la commande qu’il a
exécutée.

Si cette commande s’est terminée par un signal, su y ajoute 128 et
renvoie le résultat.

Si su doit tuer la commande (parce qu’il a été demandé de terminer et
que la commande ne s’est pas terminée à temps), su renvoie 255.

Certaines valeurs de retour de su sont indépendantes de la commande
exécutée :

0
succès (–help uniquement)

1
Échec système ou d’authentification

126
La commande demandée n’a pas été trouvée.

127
La commande demandée n’a pas pu être exécutée.

VOIR AUSSI
login, login.defs(5), sg, sh.

shadow-utils 4.2 29/03/2016 SU(1)