wine Man page

Resume Wikipedia de Wine

Wine est l’acronyme récursif anglophone de « Wine Is Not an Emulator », littéralement Wine n’est pas un émulateur, (jeu de mot qu’on peut traduire par « le vin n’est pas un émulateur »). Jusqu’en 1997, Wine était l’acronyme de « WINdows Emulator ». Ce logiciel est une implémentation libre de l’interface de programmation Windows bâtie sur X et UNIX (BSD, Linux), c’est-à-dire qu’il permet d’utiliser sur Linux ou Mac OS X des programmes conçus pour fonctionner sous Windows. Le logiciel n’a donc pas besoin du système d’exploitation Windows pour fonctionner. En cela, Wine se différencie des émulateurs de machines tels que QEMU et Bochs. Wine gère les modes 16 et 32 bits de l’interface Windows. Wine est maintenant sous licence LGPL, après avoir été sous licence WineHQ, puis X11.
Il fournit à la fois les outils de développement (Winelib) pour porter du code source Windows vers Unix, et un chargeur de programmes permettant à de nombreux binaires de fonctionner sans modifications.

Resume Wikipedia de Wine

Wine est l’acronyme récursif anglophone de « Wine Is Not an Emulator », littéralement Wine n’est pas un émulateur, (jeu de mot qu’on peut traduire par « le vin n’est pas un émulateur »). Jusqu’en 1997, Wine était l’acronyme de « WINdows Emulator ». Ce logiciel est une implémentation libre de l’interface de programmation Windows bâtie sur X et UNIX (BSD, Linux), c’est-à-dire qu’il permet d’utiliser sur Linux ou Mac OS X des programmes conçus pour fonctionner sous Windows. Le logiciel n’a donc pas besoin du système d’exploitation Windows pour fonctionner. En cela, Wine se différencie des émulateurs de machines tels que QEMU et Bochs. Wine gère les modes 16 et 32 bits de l’interface Windows. Wine est maintenant sous licence LGPL, après avoir été sous licence WineHQ, puis X11.
Il fournit à la fois les outils de développement (Winelib) pour porter du code source Windows vers Unix, et un chargeur de programmes permettant à de nombreux binaires de fonctionner sans modifications.

WINE(1) Windows sur Unix WINE(1)

NOM
wine – exécuter des programmes Windows sur Unix

SYNOPSIS

wine programme [arguments] wine –help
wine –version

Pour des instructions sur le passage d’arguments aux programmes
Windows, veuillez lire la section PROGRAMME/ARGUMENTS de la page de
manuel.

DESCRIPTION

wine charge et exécute le programme indiqué, qui peut être un
exécutable DOS, Windows 3.x, Win32 ou Win64 (sur les systèmes 64 bits).

Pour déboguer wine, utilisez plutôt winedbg.

Pour exécuter des applications en ligne de commande (programmes Windows
console), préférez wineconsole. Cela permet d’afficher la sortie dans
une fenêtre séparée (nécessite X11). Si vous n’utilisez pas
wineconsole pour les programmes en ligne de commande, le support
console sera très limité et votre programme peut ne pas fonctionner
correctement.

Lorsque wine est invoqué avec –help ou –version pour seul argument,
il affichera seulement un petit message d’aide ou sa version
respectivement, puis se terminera.

PROGRAMME/

ARGUMENTS

Le nom du programme peut être spécifié au format DOS
(C:\\WINDOWS\\SOL.EXE) ou au format Unix (/msdos/windows/sol.exe).
Vous pouvez passer des arguments au programme exécuté en les ajoutant à
la fin de la ligne de commande invoquant wine (par exemple : wine
notepad C:\\TEMP\\LISEZMOI.TXT). Notez que vous devrez protéger les
caractères spéciaux (et les espaces) en utilisant un ‘\’ lorsque vous
invoquez Wine depuis un shell, par exemple :

wine C:\\Program\ Files\\MonProg\\test.exe

Il peut également s’agir d’un des exécutables Windows livrés avec Wine,
auquel cas la spécification d’un chemin complet n’est pas obligatoire,
p.ex. wine explorer ou wine notepad.

ENVIRONNEMENT
wine passe les variables d’environnement du shell depuis lequel il est
lancé au processus Windows/DOS exécuté. Utilisez donc la syntaxe
appropriée à votre shell pour déclarer les variables d’environnement
dont vous avez besoin.

WINEPREFIX
Si définie, le contenu de cette variable est pris comme le nom
du répertoire où Wine stocke ses données (la valeur par défaut
est $HOME/.wine). Ce répertoire est également utilisé pour
identifier le socket utilisé pour communiquer avec wineserver.
Tous les processus wine utilisant le même wineserver
(c’est-à-dire le même utilisateur) partagent certains éléments
comme la base de registre, la mémoire partagée et les objets du
noyau. En donnant à WINEPREFIX une valeur spécifique pour
différents processus wine, il est possible d’exécuter plusieurs
sessions de wine totalement indépendantes.

WINESERVER
Spécifie le chemin et le nom de l’exécutable wineserver. Si
cette variable n’est pas définie, Wine essaiera de charger
/usr/bin/wineserver ou, à défaut, un fichier nommé
« wineserver » dans le chemin système ou quelques autres
emplacements potentiels.

WINELOADER
Spécifie le chemin et le nom de l’exécutable wine à utiliser
pour exécuter de nouveaux processus Windows. Si pas définie,
Wine essaiera de charger /usr/bin/wine ou, à défaut, un fichier
nommé « wine » dans le chemin système ou quelques autres
emplacements potentiels.

WINEDEBUG
Active ou désactive les messages de débogage. La syntaxe est :
[classe][+|-]canal[,[classe2][+|-]canal2]

La classe est optionnelle et peut avoir une des valeurs
suivantes : err, warn, fixme ou trace. Si elle n’est pas
spécifiée, tous les messages de débogage pour le canal associé
seront activés. Chaque canal imprimera des messages à propos
d’un composant particulier de Wine. Le caractère suivant peut
être + ou – pour activer/désactiver le canal spécifié. Si aucune
classe n’est spécifiée, le caractère + peut être omis. Notez que
les espaces ne sont pas autorisées dans cette chaîne de
caractères.

Exemples :

WINEDEBUG=warn+all
activera tous les messages d’avertissement (recommandé
pour le débogage).

WINEDEBUG=warn+dll,+heap
activera tous messages d’avertissement sur les DLL, et
tous les messages sur le tas.

WINEDEBUG=fixme-all,warn+cursor,+relay
désactivera tous les messages FIXME, activera les
messages d’avertissement sur le composant cursor et
activera tous les messages du canal relay (appels de
l’API).

WINEDEBUG=relay
activera tous les messages du canal relay. Pour un
contrôle plus fin sur l’inclusion et l’exclusion des
fonctions et DLL des traces relay, utilisez la clé
HKEY_CURRENT_USER\Software\Wine\Debug de la base de
registre.

Pour plus d’informations sur les messages de débogage, référez-
vous au chapitre Exécution de Wine du guide de l’utilisateur de
Wine.

WINEDLLPATH
Spécifie le(s) chemin(s) où chercher les DLL intégrées et les
applications Winelib. C’est une liste de répertoires séparés par
des « : ». En plus des répertoires spécifiés dans WINEDLLPATH,
Wine utilisera aussi le répertoire /usr/lib/x86_64-linux-
gnu/wine.

WINEDLLOVERRIDES
Définit le type de remplacement et l’ordre de chargement des DLL
utilisées lors du processus de chargement d’une DLL. Deux types
de bibliothèques peuvent actuellement être chargés dans l’espace
d’adressage d’un processus : les DLL natives de Windows (native)
et les DLL intégrées à Wine (builtin). Le type peut être abrégé
avec la première lettre du type (n ou b). La bibliothèque peut
également être désactivée (”). Les séquences d’ordres doivent
être séparées par des virgules.

Chaque DLL peut avoir son ordre de chargement propre. L’ordre de
chargement détermine quelle version de la DLL doit être chargée
dans l’espace d’adressage. Si la première tentative échoue, la
suivante est essayée et ainsi de suite. Plusieurs bibliothèques
avec le même ordre de chargement peuvent être séparées par des
virgules. Il est également possible de spécifier différents
ordres de chargements pour différentes bibliothèques en séparant
les entrées par « ; ».

L’ordre de chargement pour une DLL 16 bits est toujours défini
par l’ordre de chargement de la DLL 32 bits qui la contient (qui
peut être identifié en observant le lien symbolique du fichier
.dll.so 16 bits). Par exemple, si ole32.dll est configurée comme
builtin, storage.dll sera également chargée comme builtin
puisque la DLL 32 bits ole32.dll contient la DLL 16 bits
storage.dll.

Exemples :

WINEDLLOVERRIDES=”comdlg32,shell32=n,b”
Charge comdlg32 et shell32 comme des DLL windows natives,
ou la version intégrée en cas d’échec.

WINEDLLOVERRIDES=”comdlg32,shell32=n;c:\\foo\\bar\\baz=b”
Charge les bibliothèques windows natives comdlg32 et
shell32. De plus, si une application demande le
chargement de c:\foo\bar\baz.dll, charge la bibliothèque
intégrée baz.

WINEDLLOVERRIDES=”comdlg32=b,n;shell32=b;comctl32=n;oleaut32=”
Charge la bibliothèque intégrée comdlg32, ou la version
native en cas d’échec ; charge la version intégrée de
shell32 et la version native de comctl32 ; oleaut32 sera
désactivée.

WINEARCH
Spécifie l’architecture Windows à prendre en charge. Peut être
win32 (prise en charge des applications 32 bits uniquement), ou
win64 (prise en charge des applications 64 bits, et 32 bits en
mode WoW64).
L’architecture prise en charge par un préfixe Wine donné est
déterminée au moment de sa création et ne peut être modifiée
ultérieurement. Si vous exécutez Wine avec un préfixe
préexistant, il refusera de démarrer si WINEARCH ne correspond
pas à l’architecture du préfixe.

DISPLAY
Spécifie l’affichage X11 à utiliser.

Variables de configuration du pilote audio OSS :

AUDIODEV
Définit le périphérique pour les entrées/sorties audio, par
défaut /dev/dsp.

MIXERDEV
Définit le périphérique pour les contrôles du mixeur, par défaut
/dev/mixer.

MIDIDEV
Définit le périphérique pour le séquenceur MIDI, par défaut
/dev/sequencer.

FICHIERS
/usr/bin/wine
Le chargeur de programme de Wine.

/usr/bin/wineconsole
Le chargeur de programme de Wine pour les applications en mode
console (CUI).

/usr/bin/wineserver
Le serveur Wine.

/usr/bin/winedbg
Le débogueur de Wine.

/usr/lib/x86_64-linux-gnu/wine
Répertoire contenant les bibliothèques partagées de Wine.

$WINEPREFIX/dosdevices
Répertoire contenant le mapping des périphériques DOS. Chaque
fichier dans ce répertoire est un lien symbolique vers le
fichier périphérique Unix qui implémente un périphérique donné.
Par exemple, si COM1 est mappé sur /dev/ttyS0, vous aurez un
lien symbolique de la forme $WINEPREFIX/dosdevices/com1 ->
/dev/ttyS0.
Les lecteurs DOS sont aussi définis à l’aide de liens
symboliques ; par exemple, si le lecteur D: correspond au CDROM
monté sur /mnt/cdrom, vous aurez un lien symbolique
$WINEPREFIX/dosdevices/d: -> /mnt/cdrom. Le périphérique Unix
correspondant à un lecteur DOS peut être spécifié de la même
façon, à l’exception du fait qu’il faut utiliser « :: » à la
place de « : ». Dans l’exemple précédent, si le lecteur CDROM
est monté depuis /dev/hdc, le lien symbolique correspondant sera
$WINEPREFIX/dosdevices/d:: -> /dev/hdc.

AUTEURS
Wine est disponible grâce au travail de nombreux développeurs. Pour une
liste des auteurs, référez-vous au fichier AUTHORS à la racine de la
distribution des sources.

COPRYRIGHT

Wine peut être distribué selon les termes de la licence LGPL. Une copie
de cette licence se trouve dans le fichier COPYING.LIB à la racine de
la distribution des sources.

BUGS

Un rapport sur la compatibilité de nombreuses applications est
disponible sur la base de données d’applications de Wine
⟨http://appdb.winehq.org⟩. N’hésitez pas à y ajouter des entrées pour
les applications que vous exécutez actuellement, si nécessaire.

Les bugs peuvent être signalés (en anglais) sur le système de suivi des
problèmes de Wine ⟨http://bugs.winehq.org⟩.

DISPONIBILITÉ
La version publique la plus récente de Wine est disponible sur WineHQ,
le quartier général du développement de Wine ⟨http://www.winehq.org/⟩.

VOIR AUSSI
wineserver, winedbg,
Documentation et support de Wine ⟨http://www.winehq.org/help⟩.

Wine 1.6.2 juillet 2013 WINE(1)

Ils en parlent aussi

Wine 1.8.5 Stable Released – Install on Debian, Ubuntu and Linux Mint
WINE tips: How to associate IrfanView with an image file type in Linux
How to Install MS Office 2007 on Linux using Wine – SysTutorials
Garmin MapSource in Linux (Wine) – Justin Foell – Foell.org
Run Finale 2007 on Linux with WINE | TipsFor.us
Upcoming Native Xinput Support in WINE – Boiling Steam